MUFFINS BANANE CACAO

Un petit muffins pour le goûter, ça vous tente?
J'aime énormément le format muffins...ça me permet de me faire plaisir sans me sentir obligée (parce que oui, bien sûr c'est une corvée) de finir le gâteau si je le mets dans un moule à cake. 
En général je congèle les muffins et je les ressors au fur et à mesure...15 sec au micro-onde et le goûter est prêt!



Ingrédients: 
3/4 cup de sucre (de canne ou de noix de coco)
1 sachet de sucre vanillé ou une demi gousse de vanille
2 cup de farine de blé complète
3 càs de cacao en poudre 100%
1 càc bicarbonate
1 càc levure
une pincée de sel
2 oeufs
3 belles bananes bien mûres réduites en purée
1 yaourt
1/2 cup de lait (j'ai utilisé du lait d'amande)
1/2 cup de beurre fondu (c'est bon le beurre!)



Mélanger tous les ingrédients

Répartir dans moules en papier  (j'ai rajouté des copeaux de noix de coco dans la première fournée, juste pour faire joli!)

Enfourner 35-40 min à 180C (chaleur non tournante!)

Laisser refroidir et...enjoy!

PS: pour toutes celles qui ont demandé, pas de nouvelles de Stéphane...MAIS! On prévoit de passer voir son jardin cet été, alors peut-être que....!

LES 5 ROSIERS INDISPENSABLES DANS MON JARDIN

Il y a en a comme ça qui vous font battre le coeur plus vite!
Pour moi, en e moment, c'est ceux là!






...mais c'est sans compter les autres qui arrivent!


NOVEMBRE EN MAI

Tout a commencé avec un temps gris et froid ce matin...
Je me suis levée et j'ai rallumée la chaudière à bois, parce que l'humidité commençait à rentrer.
Je suis sortie ouvrir aux poules avec mon manteau et mon écharpe.
Et devant le poulailler je me suis dit: "vu le temps, et si je ressortais le crock pot?"

Et me voilà à faire mijoter mon poulet façon fajitas dans mon crock pot...c'est parti pour 6 heures de cuisson, à embaumer la maison....



SALADE DE FRUITS #402

Quand on a une vie bien occupée et qu'on a toujours quelque chose à dire, c'est dur de thématiser (pas sûre que ça se dise...mais bon!)!! Alors voilà, encore une salade de fruit à la "cannelle & au chocolat chaud!!"

LES CHATONS
Qui dit printemps chez nous dit chatons...Charlie n'est toujours pas opérée, il faut vraiment que je le fasse cette année (pas moi, le vétérinaire)...en attendant, avoir des chatons à la campagne c'est A-DO-RABLE! Ca bouge, ca couine, ça mioumioute (on dit comme ça chez nous quand un chat miaule...et non ce n'est pas franc-comtois!), ça met de l'ambiance...ça met de la vie, tout simplement!
Cette année nous en avons 4 dont 2 NOIRS!!!!!!!! Vous savez que j'adore les chats noirs...malheureusement blackberry n'est pas resté l'année dernière donc j'ai espéré tout l'hiver avec un chaton noir avec cette portée! Et YES on l'a!

ENCORE UNE SALADE DE FRUITS

Eh bé oui, c'est d'époque, enfin presque!
Vous l'avez remarqué, je suis pas mal discrète sur le blog en ce moment...Alors ce n'est pas que je ne l'aime plus (lui et moi c'est une grande histoire d'amour ça se sait bien!) mais voyez vous, c'est le printemps...et qui dit printemps dit beaucoup BEAUCOUP de travail dehors!
Honnêtement, entre le blog et le jardin, mon coeur balance, mais si je veux partager des choses avec vous autre que ce qu'on a mangé hier soir, il faut bien que je bricole!

J'ai 2 secondes devant moi, alors voilà la salade de fruit du lundi, un peu de tout et de rien, histoire de montrer que je ne passe pas mes journées sur le canapé!

LES COOKIES
Ceux qui me suivent sur fb le savent, je teste TOUTES les recettes de cookies possibles au monde, à la recherche de THE one...ça fait plus de 10 ans maintenant! My Love est content et en redemande à chaque fois...
Samedi j'ai testé cette recette là...mais non, ça ne le fait pas.
Par contre, la pâte crue, C'EST A TOMBER!!! Je n'aurais jamais dû commencer, jamais!
J'ai mis la pâte au congélateur 15 minutes de façon à ce qu'elle fige pour mieux former mes cookies...quand j'ai vu sa tête au sortir du congélateur je me suis dit "voyons si c'est bon au moins"...et là je suis quasiment tombée dans les pommes!!


FOMO, vous connaissez?

Ma maman a partagé cet article avec moi il y a quelques temps à propos des réseaux sociaux...c'est long mais à lire et à méditer absolument!!!!!
Je suis curieuse de savoir ce que vous en pensez....
♥♥♥
émoticône heart
Chère lectrice, cher lecteur,
La maladie commence par un brutal accès de jalousie. Puis une boule dans la gorge. Elle descend dans l'estomac, noue vos entrailles. Vous vous sentez diminué, triste, inutile. Enfin, vous plongez dans l'abattement, irrité contre tout le monde et en particulier contre vous-même.
C'est la nouvelle épidémie de « fomo ».
On en parle sur Internet, avec une fiche Wikipédia consacré au « fomo » et des études de Harvard [1]. On en parle dans la presse anglophone [2]. On en parle dans Madame Figaro [3].
Peur de manquer quelque chose
Fomo vient de l'anglais « fear of missing out ». Cela veut dire en français « peur de manquer quelque chose ».
Pas manquer de quelque chose. Manquer quelque chose, dans le sens de rater un événement, une invitation, une information.
Le fomo est provoqué par la vie « complètement fabuleuse » des autres qui s'étale sur Facebook, Twitter, Instagram, les blogs et Internet, et qui contraste brutalement avec les frustrations, les souffrances, les échecs de votre propre vie.
Exemple :
Vous cuisinez tranquillement des pâtes chez vous. Déjà vous salivez sur ce comté que vous allez faire fondre dedans, avec une généreuse louche de bolognaise.
Votre smartphone vibre. D'un œil, vous consultez votre écran Facebook. Trois de vos amis sont en train d'arriver à un concert. Sur la photo ils sont hilares, bras dessus, bras dessous, et manifestement fous de joie. Aussitôt, une autre photo apparaît : c'est Jacques et Marie-Odile qui viennent d'arriver dans un hôtel de rêve, en Malaisie.
Vos pâtes et votre comté sont toujours là. Mais ils n'ont plus la même saveur. Vous vous demandez si vous avez fait le bon choix d'être rentré chez vous pour préparer à dîner. Pourquoi n'êtes-vous pas sorti ? Pourquoi n'avez-vous pas été invité ? Pourquoi les autres s'amusent-ils autant ?
La maladie de la comparaison avec les autres
La personne malade de fomo juge son existence morne, sans intérêt, et ne peut s'empêcher de consulter fébrilement son smartphone pour suivre la vie des autres et comparer avec la sienne.
Car les « autres » justement, semblent faire des efforts inouïs pour prouver en permanence que leur vie est géniale.
La journaliste Valérie de Saint-Pierre parle dans Madame Figaro d'une « forme de surenchère » :
« Il s’agit de livrer régulièrement à ses amis la version augmentée de sa petite existence. Cette dernière est donc dorénavant obligatoirement jalonnée, via des photos radieuses, de vacances inoubliables, de baisers sur la plage, d’enfants parfaits, de fêtes mémorables, de cadeaux insensés, de cupcakes inouïs, de chatons adorables, de spas de folie… selon les standards lifestyle de chacun. Tout en censurant pudiquement le reste, plus médiocre, évidemment. [4] »
Même si elle essaye elle aussi de publier sur Facebook des photos d'anniversaire où tout le monde rit aux éclats, la personne atteinte de fomo est convaincue qu'elle ne s'amuse pas autant que les autres, et elle en souffre.
Comment Facebook a transformé notre civilisation
Qu'avons-nous fait de nos vies, depuis l'apparition de Facebook ?
J'ai emmené mes enfants au départ en classe de neige. C'était au petit matin. Des cars étaient là. Je m'attendais à voir des centaines d'élèves surexcités et ravis de partir quelques jours.
En réalité, c'était un silence de mort. La plupart des ados et des professeurs étaient assis dans les cars à tapoter sur leur téléphone, en train d'échanger des messages avec Dieu sait qui.
Arthur C. Brooks, chroniqueur au New York Times, voit les choses comme ceci : nous passons désormais, pour les plus atteints d'entre nous, « la moitié de notre temps à faire semblant d'être plus heureux que nous le sommes, et l'autre moitié à regarder comme les autres semblent l'être bien plus que nous ».
Selon le rapport World Travel Market, il ne s'écoule pas plus de dix minutes en moyenne, désormais, entre l'arrivée d'un client dans un hôtel de rêve et le moment où il poste une photo de lui-même (selfie) sur Internet, le but étant essentiellement de faire bisquer ses « amis » [5].
Comment faire face, comment résister ?
Comment faire face, comment résister ?
Fermer son compte Facebook ? Se couper d'Internet ? Jeter smartphone et ordinateur à la poubelle ?
Cela paraît extrême, pour ne pas dire absurde, surtout si vous gérez vous aussi la plupart de vos factures, comptes bancaires, réservations sur Internet, et si vous lisez Santé Nature Innovation !
Faut-il arrêter de se comparer ? Arrêter d'envier les autres ? Arrêter d'être triste et seul quand les autres s'amusent ?
Mais ces sentiments ne se décident pas ! Ils vous tombent dessus et puis c'est tout ! Et plus on lutte contre eux, plus ils reviennent en force, comme les envies de chocolat.
Faut-il exiger des autres qu'ils arrêtent d'enjoliver leur existence ? Qu'ils arrêtent de faire semblant d'être tout le temps heureux, d'aller de fête en fête, et de succès en réussites ? De nous envoyer constamment des images de leur bonheur à la figure ?
C'est un peu ce que semble vouloir Véronique de Saint-Pierre, qui reproche aux gens de poster sur Facebook la photo de leur bébé chiot jack-russell récemment adopté « mais pas de son pipi sur le kilim », ou de leur famille souriante et unie lors d'une sortie mais « pas de l'engueulade collective dans la voiture en venant »… etc.
Mais est-ce juste de vouloir ça ? Est-ce même vraiment ce que l'on souhaite ?
En train de ramasser les crottes de chien
Imaginez un autre Facebook. Au lieu d'essayer d'enjoliver leur existence, les gens essaieraient de montrer leur vie telle qu'elle est.
Votre page Facebook serait une succession de photos de vos amis :
en pyjama au petit matin, avant d'avoir fait leur toilette, de s'être rasé ou maquillé
mangeant leur bol de Corn Flakes en écoutant France Inter dans une cuisine blafarde
se disputant avec leurs parents
en train de ramasser les crottes de leur chien avec un petit plastique
s'ennuyant dans une file d'attente à la poste
assis dans un bureau, avec une plante verte et des néons
poussant leur caddie sur un parking de supermarché
passant l'aspirateur dans leur appartement
conduisant sur une autoroute pluvieuse en rase campagne
perdu dans les rayons de Castorama à la recherche d'un rideau de douche au bon format
épluchant des pommes de terre
remplissant leur déclaration d'impôts.
Oui, nos vies sont principalement faites de choses triviales, répétitives, sans intérêt ni aventure.
Oui, pour 5 semaines de vacances par an, il y a 47 semaines de métro-boulot-dodo.
Pire encore, pour 40 ans de vie où nous sommes jeunes, beaux et en bonne santé (dans le meilleur des cas), il y en a 30, 40 ou 50 où ça ne va plus si bien que ça.
Mais quel serait l'intérêt, expliquez-moi, de vouloir à tout prix étaler la monotonie de notre train-train quotidien sur Internet ? Sachant que, déjà, ce qui est publié est à 99 % sans intérêt, malgré le tri intense qui est fait par les intéressés pour essayer de publier des choses valorisantes ?
Accepter le monde tel qu'il est
Je suis désolé, pour moi Facebook, les blogs, Instagram, c'est comme les albums photos qui existaient jadis dans nos familles : vous n'y colliez pas des photos sans intérêt, moches ou vulgaires.
Il y avait le grand-père, en grand uniforme de la Première Guerre mondiale. Des photos de baptême, de communion, de mariage. Des photos de famille où tout le monde est bien habillé, bien peigné, et essaye de faire son plus beau sourire. Des photos de parties de campagnes, de vacances en tandem, à la mer ou au camping.
Qu'auraient donné les mythiques séances de diapo de notre enfance si, au lieu de mettre les photos de vacances, on avait mis des séries sans fin de Papa à l'usine en train de visser des boulons ou de tondre le gazon ?
Facebook n'est pas un moyen pour vous, ou pour les autres, de mettre sur la place publique votre vraie vie, vos sentiments profonds, vos échecs et vos douleurs. Ces choses là ne peuvent être partagées sur Facebook. Certains essayent mais ça ne marche pas. Cela donne souvent quelque chose de triste, parfois impudique.
Les choses personnelles ne peuvent se confier que dans l'intimité, à votre meilleur ami, à votre compagne ou compagnon d'infortune, à vos petits-enfants pour qu'ils profitent de votre expérience.
Facebook c'est pour s'amuser, se distraire, apprendre parfois un fait ou une info intéressante. Se tenir au courant, à peu près, de qui fait quoi.
Mais imaginer que les gens postent leur vraie vie sur Facebook, c'est comme croire qu'on est ami avec PPDA parce qu'on le voit tous les soirs à 20 heures sur TF1. Ou que les actrices qui jouent dans « Downtown Abbey » sont aussi élégantes et bien habillées dans la vraie vie.
Mais je suis sûr, cher lecteur, que vous n'êtes pas menacé par le « fomo ». Pourquoi ? Parce que vous avez lu cet article jusqu'ici et que cela prouve que vous êtes une personne qui aime se poser les bonnes questions. Je suis même convaincu que vous faites partie des « sages » dont la vie est bien organisée et bien remplie, et qui s'aperçoivent que la vie des autres n'a pas forcément à être enviée, bien au contraire.
Cela fait donc déjà une maladie dont vous n'avez pas à vous soucier. Tant mieux, et bravo. Mais n'oubliez pas d'aider les autres !
À votre santé !
Jean-Marc Dupuis